Accueil - sefarad.org
 
Claire Bondy

En évidence cette quinzaine : 19/08/2013

    MENU    

SEFARAD.org
Bienvenue chez Claire Bondy
AIDEZ-nous
Page PRECEDENTE

Bienvenue chez Claire Bondy: Au remède des mots
Paul Valéry: Chaque pensée est une exception à une règle générale qui est de ne pas penser.
...........................................
En évidence cette quinzaine : 19/08/2013
 

   éd. Albin Michel
A l’eau de rose?
            Pour Alda, dans le rayonnement de la quarantaine généreuse, il s’agit d’un souvenir d’enfance énigmatique et, semble-t-il, peut-être traumatisant. Cette chose inconnue, qui resurgit parfois, la nimbe d’une aura qui la rend encore plus mystérieusement belle auprès de Louis, âgé de vingt ans.
 
Il est issu d’une famille de Juifs russes qui ont subi les camps et dont lui-même porte les stigmates tout en les dissimulant.
Il assiste au vernissage de l’exposition Rothko avec sa petite amie du moment, Lucy, actrice en mal de tournage pour le cinéma.
L’un est fasciné par l’autre et l’autre s’intéresse au jeune homme prometteur d’écriture.
            Alda, dont la grâce s’appuie sur l’aisance qu’accorde la fortune, invite Louis et Lucy dans sa résidence d’été: une bastide du Sud de la France.
            Louis s’interroge sur le mystère qu’il croit deviner en Alda, par ailleurs maîtresse de maison parfaite, épouse attentive et mère aimante. Titillé par celle-ci, le jeune homme se met lentement à écrire. Son inspiration littéraire finit quand même par s’ébrouer.
 
Tout ceci se déroule au milieu du va-et-vient des invités, de brèves absences d’Alda pour de banales emplettes, néanmoins indispensables si l’on veut que les hôtes se sentent bien dans la superbe bastide.
            La douleur générée, d’une part, par le secret de jeunesse d’Alda; d’autre part, par la présence insidieuse du souvenir familial de Louis, se verra révélée et peut-être cautérisée à la fin du roman.
 
 
La misère des gens riches!
Raf Jespers   Souriez
   éd. Couleur livres
                       version française: 2013
            Le licencié en Histoire et avocat qu’est l’auteur, membre de la Ligue des Droits de l’Homme et de l’Association internationale des juristes démocrates, enfourche un cheval de bataille rabâché par tous les droitsdelhommistes du monde, celui de nous avertir des dangers que nous courons avec le développement tous azimuths des réseaux sociaux et autres téléphones, GSM, e-mails, caméras de surveillance, voire satellites d’écoute. Car tout est question de high-tech. N’oublions ni les scanners ou autres banques de données. 
 
Raf Jespers semble croire que le terrorisme a été utilisé comme excuse pour autoriser des atteintes à la vie privée ainsi qu’à d’autres libertés.
 
Tout le monde peut la consulter puisque celui qui dénonce la dérive d’Internet, utilise ce moyen-là pour faire connaître son ouvrage. Et en plusieurs langues.
 
            Appel au droit à la vie privée écrit R. Jespers, se référant aux paroles prononcées en 2010 par Viviane Reding, Commissaire européenne à la Justice.
 
            L’auteur se gendarme de la banalisation du fichage de chacun grâce aux progrès de la technologie au prétexte de combattre les grands criminels terroristes. Google nous trahit, Yahoo aussi. Chacun se voit profilé.
 
            Attention: nous apprenons aussi que Google dicte nos pensées. Le nombre de gogos répétant et copiant ce qui fut déjà dit antérieurement, a toujours existé. Quant aux Facebook ou Twitter, libre à chacun de s’y inscrire. Nous pouvons lire ainsi tout un cheptel de dérives émargeant des dits réseaux sociaux.
 
            Le doigt accusateur pointe le lien entre la CIA et Facebook; il dénonce le fait que l’utilisateur crée lui-même un contenu par You Tube, Wikipedia ainsi que ce projet de frontière Schengen virtuelle, prévu par l’Union européenne. La faute à qui? Aux USA toujours considérés comme grand méchant loup.
 
            Quand on se rend compte que la STIB nous contrôle par MOBIB.
On traite, on traque les terroristes mais on contrôle: les ONG, par exemple. R. Jespers ignorerait-il donc qu’il importe de vérifier comment l’argent offert à ces groupes de bénévoles est utilisé et à quelles fins?
 
Lui, qui publia l’original du texte en 2010, n’était-il pas encore au courant du fait que les USA en terminèrent eux-mêmes avec Abou Ghraib en 2oo6, le scandale ayant été signalé dès 2004?
 
On en apprend des choses: la Cour pénale internationale de La Haye est une étape supplémentaire dans la lutte contre l’impunité des Etats.
            Nous voici prévenus: l’Union européenne signifiera bientôt Etat de contrôle. Soulignons le flou de l’utilisation d’un futur.
            La faute en revient au fait d’avoir tellement vanté l’anticommunisme que la quasi-totalité du monde politique a été obligée de suivre le mouvement.
 
Heureusement que Poutine garantit la démocratie en Russie…
 
            Raf Jespers a publié son livre en Belgique. Démocratie ou pas?
Claire Bondy  

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2016

CONTACT

Retour au site sefarad.org -