Accueil - sefarad.org
 
Claire Bondy

En évidence cette quinzaine : 19/10/2012

    MENU    

SEFARAD.org
Bienvenue chez Claire Bondy
AIDEZ-nous
Page PRECEDENTE

Bienvenue chez Claire Bondy: Au remède des mots
Paul Valéry: Chaque pensée est une exception à une règle générale qui est de ne pas penser.
 
En évidence cette quinzaine : 19/10/2012
 
La r�paration

Colombe Schneck    La réparation    Grasset

Chroniqueuse littéraire appréciée des médias, C. Schneck est aussi l’auteur de cinq romans vrais. Dans ce dernier paru, elle s’intéresse à son arbre généalogique qui, lui aussi, a perdu bien des branches lors de la guerre 1940-45. Née en 1966, elle ne s’était pas vraiment intéressée à ses ascendants disparus dans la Shoah. Sa mère lui avait demandé de donner le prénom Salomé si son enfant, en passe de naître, était une fille.  Ce fut un garçon et deux ans plus tard, sa fille naissait après la mort de la mère de l’auteur. Salomé, prénom d’une cousine dont il ne reste rien. Et ce fut le point de départ d’une remontée dans une famille décimée par les nazis; d’un voyage dans le temps; d’une prise de connaissance de la Lituanie du début du siècle et d’un lieu, Panemunè, faubourg de Kovno et ghetto exterminé. 31 disparus de cette large famille. Ginda, la grand-mère maternelle de l’auteur a pu échapper à l’horreur en émigrant à temps vers la France. Elle avait même entrepris un voyage en Lituanie avec son mari en 1936, traversant l’Allemagne nazie. Récit de la splendeur de la Lituanie d’antan, émoi de l’auteur se souvenant de l’intelligence et de la vivacité de sa grand-mère. Et pourtant, celle-ci a transmis le silence à Hélène, mère de l’auteur, et se bornant à cette seule plaisanterie: maintenant quand on part en Allemagne, il faut payer son billet de train. L’auteur accomplira les voyages de Lituanie, d’Israël afin de tenter d’éclaircir le passé disparu dans la nuit et le brouillard, suivant en cela les conseils de son oncle, l’écrivain Pierre Pachet. Peu à peu, à force de chercher, elle connaîtra l’un ou l’autre membre de sa famille, par exemple l’Israélienne Gila,la fille de sa grand-tante Macha. Sa connaissance du crime absolu se fera par la lecture des Nadine Fresco, Jorge Semprun, Alain Finkielkraut. Et alors! Nous lecteurs, nous les avons lus. Pas la peine de nous les raconter. C. Schneck s’appuie sur les meilleures sources. En bref, un tissu fait de bric et de broc et succombant à un souci pédagogique naïf. Si le livre n’était pas victime d’un style très éprouvant, vu le désir de réaliser autre chose que ce qui fut rapporté, filmé ou, le plus important, écrit ailleurs par d’autres mieux renseignés et meilleurs écrivains, on ne se barberait pas à lire les détails familiaux qui demeurent dans un anecdotique qui rate son exemplarité. En outre, les erreurs de langue, de syntaxe, voire d’orthographe, signalent l’absence d’un correcteur adéquat. Un livre abandonné aux mains de lecteurs qui ne demandent qu’à l’abandonner au lieu de s’y abandonner. Une vedette des médias à laquelle on a déplorablement laissé la bride sur le cou. 

 
Homo Economicus , proph�te (�gar�) des temps nouveaux

Daniel Cohen    Homo economicus, prophète (égaré) des temps nouveaux Albin-Michel

L’économiste de la banque Lazard, le professeur d’économie regarde comment évolue la marche du monde. Il le fait en outre avec un regard de philosophe doublé d’un historien averti. Sa mise en exergue d’une phrase de Marcel Proust tirée de A l’ombre des jeunes filles en fleurs, révèle à la fois la nostalgie et la perspective rêvée d’un bonheur perdu et néanmoins espéré. Voici l’ère de l’homo economicus, qui, comme bien des prophètes, peut s’égarer, oublieux qu’il est de l’homo sapiens qui a toujours pris le temps de rêver à son bonheur. En sept parties entourées d’une introduction et d’une conclusion, l’auteur réalise une prouesse: celle de réunir en 206 pages d’une densité étonnante, le monde actuel tel qu’il va…ou ne va pas; de signaler que la recherche du bonheur ne signifie pas la maîtrise de celui-ci. L’homo economicus a balayé l’homme moral. Faire miroiter de l’argent peut aboutir à un rendement moindre que celui escompté. Par exemple, ce directeur d’un centre de transfusion sanguine, désireux d’accroître ses réserves de sang, offre une prime aux donneurs de sang. Résultat: leur nombre chute. La valeur morale du don a fait place à la compétitivité qui, intervenant dans tous les domaines, a tôt fait d’épuiser ceux qui s’y adonnent. L’homo economicus, présent depuis la chute du Mur de Berlin, le capitalisme financier, la mondialisation etc…a engendré une frustration due à la notion d’immédiateté volatile. Il serait urgent d’inventer, au jour le jour, la notion de citoyenneté politique en laissant tomber les nationalismes frileux à l’encontre des pays de l’Europe du Sud. La méfiance menace aussi l’Euro..Notre monde rejouerait-il la phase du 3e siècle où l’Empire romain  changera de nature, miné qu’il fut par l’absence de retenue de citoyens exhibant leurs richesses et ayant abandonné tout sens politique. L’auteur en appelle à une conscientisation civique.

Magnifique plaidoyer mais lecture encombrée par le nombre de références non seulement mentionnées mais délayées au sein du livre. D’où  cette espèce de malaise face au trop-plein et à une lecture où l’on est traîné sur un tapis brosse.      

Guide Hachette des vins 2013

Stéphane Rosa   Guide Hachette des vins 2013

La lecture constitue un plaisir majeur. Il peut arriver qu’en dégustant tel livre, on éprouve une lourdeur d’estomac. Pourquoi ne pas faire passer la pilule  en l’accompagnant d’un bon verre de vin? Ce guide Hachette, au volume épais, au poids important et sorti à neuf chaque année, se met au goût du jour. Sa présence sur Internet est avérée depuis 2009 mais la nouveauté depuis ce mois d’octobre 2012, c’est qu’on peut le consulter par Iphone, Ipad et, last but not least, par Smartphone. Le voici devenu aisément malléable, qu’on soit en voyage ou calfeutré au fond de son sofa. En effet, la géolocalisation ne prend pas le touriste au dépourvu et lui permet de découvrir les producteurs des régions traversées. Autre nouveauté: l’élargissement sur plus de pays . Par ailleurs, outre les grands crus de rouge ou de blanc, une série diversifiée de rosés prend davantage de place. Autre tendance allant s’élargissant: les bars à vins. Bien sûr, les indications pour marier tel plat avec tel vin permettront peut-être de transformer le quidam en un chef coq renommé. A votre santé.

 

 
Claire Bondy
 

 
     
       

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2016

CONTACT

Retour au site sefarad.org -