Accueil - sefarad.org
 
Claire Bondy

En évidence cette quinzaine : 19/11/2013

    MENU    

SEFARAD.org
Bienvenue chez Claire Bondy
AIDEZ-nous
Page PRECEDENTE

Bienvenue chez Claire Bondy: Au remède des mots
Paul Valéry: Chaque pensée est une exception à une règle générale qui est de ne pas penser.
...........................................
En évidence cette quinzaine : 19/11/2013
 
     Sabine Wespieser éd.
            Qui ne lirait pas le roman de Michal Govrin serait bien à plaindre.
 
Il y a Esther Weiss, fraîche émoulue du lycée religieux Froomkin. Elle vient de s’offrir une robe savamment décolletée…payée par ses parents, Fela et Zvi Hirsch, victimes d’un mensonge bien ajusté de leur fille et concernant le financement de ses cours de dactylographie d’avant le service militaire imminent. Il est vrai que la robe à bretelles se dissimule aisément sous un chemisier à larges manches quand la jeune fille rentre chez elle.
 
Que de peuples se succédèrent dans Askelon: Phéniciens, Egyptiens, Perses, Romains, Byzantins…! Puis ce furent les rescapés du nazisme.
 
Le campari semble accompagner le retour sur soi et les siens de Moïse. Quant au Club de la plage, il résonne des tubes de l’époque, tels Besa me, besa me mucho; Only you; Tombe la neige….
 
Comme tous ceux qui l’aperçoivent, et bien que sans doute son aîné du double de l’age de cette dernière, Moïse est séduit par la jeune bachelière Esther Weiss qui rayonne de beauté et de jeunesse. Venu enterrer sa mère, Sultana Draï , Moïse, devenu Derand, songe à son passé de manutentionnaire qui a dépensé tout son salaire pour un beau costume.
Que ne décide-t-on pas pour épouser une riche héritière! De beaux costumes et du Campari! Ainsi que l’abandon de sa judéité et de son patronyme Draï, remplacé par Derand.
 
Esther, Alex et Moïse…Certes, le trio principal est campé.
Moïse aimerait prolonger ses trente jours de séjour. Aussi propose-t-il à Nissim, son beau-frère et époux de sa sœur maternante Yémina, de l’entraîner dans une affaire de vêtements. Cela tombe bien car Nissim craint d’être acculé au chômage.
 
Un deuil en Israël, une colonie de vacances pour le timide Jean qui va souffrir de la brutalité moqueuse de ses dits camarades.
 
On apprend ce que fut le chemin exilique d’Ezra, le chauffeur de bus de la petite ville.
L’art de M. Govrin est celui de la suggestion qui suscite force méditations chez son lecteur, celles-ci étant alimentées par les nombreuses questions roulant dans la tête de tous les personnages évoqués.
Asher, le patron du bar, a participé en soldat à la création de l’Etat …et en a récolté un jeune chien qu’il a nommé Mercury. Seule consolation pour deux ou trois doigts perdus pendant la guerre contre l’Egypte. Concernant la survenue de Mercury, l’explication viendra en cours de roman.
Askelon a beau être un site archéologique, nul n’oublie que la petite ville se situe à proximité de Gaza et donc, à ce moment-là, du danger égyptien.
Autre sujet de méditation pour le lecteur qui a en tête les guerres ultérieures.
 
Alex, Alejandro, a quitté Buenos Ayres. Son père, un psychanalyste renommé, a aussi vécu un pénible chemin de vie qui le mure dans le silence, troublé seulement par l’enlèvement de Ricardo Clement, alias Adolf Eichmann.
 
Et ce fut dur pour Alejandro, l’intellectuel qui, après avoir quitté l’Argentine surtout à cause de son père, le docteur Morgenstern, a dû se plier aux exercices voulus par l’armée afin de défendre le jeune Etat. Il ne songeait qu’à Unamuno, Borges ou Cortazar alors que seule l’armée virile et indispensable importait.
Esther et Moïse ou Esther et Alex? Chacun se perdra au sens littéral du terme…mais peut-être pas…
 
Apparemment une atmosphère joyeuse, voire festive; en réalité un chant profond menant à une mise au clair progressive du pourquoi de tout ce qu’il advient durant trente jours de chaleur intense, de deuil du fils éloigné de sa mère, de…de…
 
Pour ce qui concerne la fin du roman, elle demeure ouverte à toutes les vagues et tous les vents. Elle s’ouvre même sur une possibilité de happy-end.
 
Son formidable roman n’en constitue pas l’application mais un extraordinaire envol à partir de…
Claire Bondy     

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2016

CONTACT

Retour au site sefarad.org -