Accueil - sefarad.org
 
Claire Bondy

En évidence cette quinzaine : 05/12/2013

    MENU    

SEFARAD.org
Bienvenue chez Claire Bondy
AIDEZ-nous
Page PRECEDENTE

Bienvenue chez Claire Bondy: Au remède des mots
Paul Valéry: Chaque pensée est une exception à une règle générale qui est de ne pas penser.
...........................................
En évidence cette quinzaine : 05/12/2013
 

Yrmi Pinkus   Le Grand Cabaret du professeur Fabrikant   éditions Grasset

                        Roman traduit de l’hébreu par Laurence Sendrowicz

            Pour un premier roman, c’est un coup de maître!

Son auteur, né à Tel-Aviv en 1966, est un illustrateur et caricaturiste très connu en Israël. Il écrit aussi des comics.

On est étonné, ravi et heureux car il nous fait voyager de la fin des années 1880 jusqu’à 1939 et dans un Yiddischland mû par une vitalité créatrice à toute épreuve. Ainsi qu’il le dit lui-même, il s’est renseigné auprès d’une série de gens qu’il remercie à la fin de son bouillonnant roman et qui se divise en trois parties et un épilogue.

            Markus Fabrikant, issu d’une riche famille de Czernowitz (alors en Roumanie, aujourd’hui en Ukraine), s’est lancé dans la création d’une troupe itinérante promenant des représentations de tableaux vivants hauts en couleur et interprétés au départ par des gamines que le professeur Fabrikant avait sauvées d’une vie de misère au sein de divers orphelinats.

 

            Le groupe constitué ne changera guère, si ce n’est avec l’apport difficile d’une ex- diva du théâtre, flanquée de sa docile fille. Elle s’en ira après de tumultueuses péripéties.

 

Tout le monde vieillit…c’est la vie. Pas vraiment le théâtre! Et les gamines, devenues jeunes femmes puis vieilles trop souvent comiquement acariâtres, continueront d’interpréter des jeunesses séduisantes.

 

            Monsieur le Professeur est riche et même très riche de par sa famille et grâce à son dynamisme personnel. C’est que les tournées théâtrales rapportent beaucoup. En effet, la troupe passe dans les villes et villages de Roumanie et de Pologne. Le point d’attache où se reposer après les tournées aussi exaltantes qu’épuisantes, demeure Czernowitz, la ville d’origine.

 

            A la mort du directeur, Markus Fabrikant, chacun des héritiers potentiels se croit l’élu pour de bonnes ou mauvaises raisons.

La surprise est de taille: il s’agira de Herman Fabrikant, fils cadet de la veuve d’un frère du Professeur. Le jeune et timide neveu, aspirant médecin, âgé de 26 ans et plus que sédentaire à Czernowicz (Bucovine), accepte l’héritage avec la fortune et les diamants!

Sa mère, Zofia, estime son fils aîné chéri, injustement lésé. La chipie déteste son cadet. Aussi la verra-t-on manigancer sa perte en sous main tout en espérant les décombres du Grand Cabaret.

            Le timide Herman tient bon face aux avanies infligées par sa mère. Il reprend le Grand Cabaret avec ses actrices qui avancent en âge; avec Mimi, l’infatigable trésorière.

 

            Remarquons que pour chacune des actrices, on vit la vie qu’elles subirent antérieurement…toujours dans le yiddischland avec les espérances réalisées au sein de celui-ci ou loin, loin, en Amérique.

Mimi restera trésorière presque jusqu’au bout. Elle sera la seule à survivre après la tragédie finale.

 

            La troupe a accueilli Leo, un nouvel arrivant, et qui remplace le décédé en tant que présentateur. Leo a aussi sa part de mystère puisqu’il disparaît toutes les nuits après le spectacle. Affaire de mœurs ?

 

            Que d’amitiés, que de querelles, que de chausse-trappes mais aussi les plus grands succès auprès d’un public exclusivement juif et qui applaudit à tout rompre les représentations où les tableaux ne s’illustrent qu’en yiddisch. Il y a une série de villes où ne vivent que des Juifs.

 

            Ceux qui ont encore des souvenirs de récits rapportés par tels grand-pères ou telles grand-mères, se régaleront des mots et expressions yiddisch (jurons compris) émaillant régulièrement le roman.

Et quel esprit féroce, narquois de bout en bout des querelles, des amours, des désamours, des soucis…

 

            On est malheureux quand le Grand Cabaret est démoli par des Ukrainiens: Zofia, l’intrigante n’est pas loin.

 

            Que de mots d’esprit tournant à l’aigre car une dure réalité est là.

 

Juin 1939: fin du Grand Cabaret. Où sont passés les diamants?

1947: épilogue. L’ancienne trésorière, Mimi, ayant survécu, vit désormais en Suisse.

 

Les références de personnalités originaires de Czernowitz sont toujours exactes. Pour mémoire: le célèbre ténor Joseph Schmidt; l’écrivain israélien Ahron Appelfeld (né en 1932); Paul Celan (le grand poète); Itzik Manger (le poète); Joseph Schumpeter…

            Un monde disparu auquel Yirmi Pinkus rend vie et couleurs.

 

Florilège:

 

            Encore un vaurien qui a découvert qu’il y a une vie en dehors de la religion, songea Mimi.

            La comédienne qui brille surtout par ses entrées et sorties

            La carriole avançait vite: il faisait beau, le soleil brillait, les bourgeons s’ouvraient. Ils arrivèrent vite à Kichinev, en plein pogrome

             

            Déficit, schmeficit.

            Qui se porte mieux que celui qui s’occupe d’un malade.      

            On célèbre la fête des Lumières avec les lumières de la fête.

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2016

CONTACT

Retour au site sefarad.org -