Hommage au Baron Paul Halter – par HAÏM – VIDAL SEPHIHA

Ecrit par webmaster Sefarad.org le 17 avril, 2013
Paul, baron Halter, né le 20 octobre 1920 à Genève Plainpalais (Suisse)
est mort le 30 mars 2013 (à 92 ans)
 
TRÈS CHER PAUL:
   JE ME TROUVAIS DEPUIS LE 1er MARS 1943 À MALINES QUAND, DÉBUT SEPTEMBRE JE T’APERÇUS DANS LE FLOT DES JUIFS BELGES qui se croyaient encore protégés par la reine Elisabeth, MAIS QUI PERFIDEMENT TROMPÉS FURENT VICTIMES DES  RAFFLES MASSIVES DU DÉBUT DE SEPTEMBRE !
QUELQUES MOTS ÉCHANGÉS ET JE NE TE RETOUVAIS  QU’À FÜRSTENGRUBE, DESTINATION DU KOMMANDO FORMÉ  SUR LES SURVIVANTS DE LA SÉLECTION MASSIVE À NOTRE ARRIVÉE À BIRKENAU LE 22 (?) SEPTEMBRE.
   BIEN SÛR, COMME MOI, TU AS CONNU L’HORREUR DE CES WAGONS PLOMBÉS, LES SOUBRESAUTS ET ARRÊTS, MAIS AUSSI CES RÊVES SOUDAINS DE LIBERTÉ À BRESLAU OU, EN ARRÊT TOUTE UNE NUIT, LES GENS D’UN CIRQUE EGALEMNT EN ARRÊT, SUR LE QUAI D’EN FACE , NOUS PROPOSAIENT (J’ÉTAIS À HAUTEUR DE L’UNIQUE LUCARNE), NOUS PROPOSAIENT DE NOUS ACCUEILLIR, SI NOUS PARVENIONS À NOUS ÉVADER, RÊVE CERTES, MAIS DONT IL ME FAUT ENCORE ET TOUJOURS REMERCIER LES AUTEURS.
   À AUSCHWITZ-BIRKENAU, LA DESCENTE AUX ENFERS À COUPS DE CROSSES, LA COHUE, LES CRIS, LES BAGNARDS, LES COUPS DE BÂTON, IMAGES DE L’ESCLAVAGE DES HÉBREUX EN ÉGYPTE, CELLE DE LA HAGGADAH DE PAPA, LE MONDE UBUESQUE DE NOS CORPS MIS À NU, RIRES ÉNERVÉS AUX PREMIÈRES TÊTES TONDUES, RABROUER CEUX QUI NOUS DÉMORALISENT, DOUCHES, VÊTEMENTS, CHAUSSURES À LA  » DÉBROUILLE-TOI « , ETC.,ETC.
   BREF, NOUS NOUS RETROUVONS DANS CE COMMANDO DE FÜRSTENGRUBE, À  30 kms AU NORD D’AUSCHWITZ, DANS UN COMPLEXE CHARBONNIER ET INDUSTRIEL, DIRIGÉ PAR L’I.G.FARBEN-INDUSTRIES  ET À LAQUELLE LES S.S. VENDAIENT NOTRE FORCE DE TRAVAIL.
TOUT CECI NOUS NE L’AVONS APPRIS QUE PLUS TARD. COMMENT UN PLÉBÉIEN CONCENTRATIONNAIRE POUVAIT-IL EN SAVOIR PLUS! NOUS IGNORIONS JUSQU’AUX DATES. TOUT N’ÉTAIT QUE RUMEURS DANS CET UNIVERS DE 2 HECTARS DONT NOUS ÉLEVÂMES NOUS-MÊMES – MAÇONS OU PAS – SOUS LES INJURES ET LES COUPS, LE MUR QUI DEVAIT NOUS ENSERRER À JAMAIS (?)
   L’ENTRÉE ? UN PORTAIL UNIQUE SURMONTÉ D’UN GLÜCK AUF ! (LE SALUT DES MINEURS ALLEMANDS) AINSI QUE DU PANNEAU DÉSORMAIS TRAGIQUEMENT CÉLÈBRE, ARBEIT MACHT FREI (« Le travail rend libre ») .
   CYNISME ET DÉRISION, ALORS QUE JOUR APRÈS JOUR, ÉPUISÉS PAR LES TRAVAUX ET LES COUPS, NOS CAMARADES DE MISÈRE MOURAIENT OU ÉTAIENT « SÉLECTIONNÉS » POUR LES CHAMBRES À GAZ D’AUSCHWITZ-BIRKENAU
   TROIS ÉQUIPES DE DÉTENUS (HÄFTLINGE), POUR LA PLUPART JUIFS, SE RELAYAIENT.
   A LA SORTIE DE NOS GALERIES, DANS LES LONGS COULOIRS DE LA MINE, TOUJOURS LA MÊME QUESTION DES SORTANTS AUX ARRIVANTS DE L’ÉQUIPE DE RELAI : « WIE IZ DIE ZUPPE HAYNT ? »
SI LA RÉPONSE ÉTAIT « GEDECHTE » (épaisse), on se réjouissait.
  IL FALLUT BIEN SE DÉBROUILLER POUR  S’INTÉGRER DANS CET UNIVERS ! ET C’EST LÀ, CHER PAUL, QU’À TROIS, TOI, LE UHRMACHER, FEU HARRY GOLD, LE BUCHBINDER ET MOI LE REINEMACHER, PÛMES PRENDRE SUR NOTRE SOMMEIL POUR TRAVAILER EN PLUS ET METTRE NOS GAINS EN COMMUN.
EN OUTRE JEAN-CLAUDE ISAAC, FILS DE JULES ISAAC , DEVINT DÉCORATEUR DU CAMP ET MAURICE KUBOWITSKI, ARCHITECTE, TOUS DEUX  NOUS AIDAIENT BIEN SOUVENT.
   TOI , TU M’APPELAIS GAMIN, CAR EN EFFET, JE N’AVAIS PAS TA MATURITÉ POLITIQUE , TU ME CONSEILLAIS ET  M’EVITAS DE COMMETTRE LES PIRES GAFFES ET LA MORT CERTAINE. LA DERNIÈRE FOIS QUE NOUS NOUS SOMMES VUS (Septembre 2004 à MALINES) , NOUS AVONS ÉVOQUÉ  CES PENDAISONS ET LA VISITE D’UNE DÉLÉGATION DE LA CROIX ROUGE QUI NOUS MOBILISA UNE JOURNÉE ENTIÈRE SUR LA  PLACE D’APPEL ET CÔUTA LA VIE À DES DIZAINES  DE CAMARADES.
     COMME MOI  TU AS  COMPRIS QUE NOTRE KAPELLMEISTER NOUS A APPRIS À RÉSISTER EN CHANTANT, EN COMPOSANT CE CHANT, SUBSTITUT DU CHANT TRADITIONNEL DES MINEURS ALLEMANDS, ET QU’EN DÉPIT DES PAROLES LES S.S. ACCEPTÈRENT ET IMPOSÈRENT:
         GLÜCK AUF!   GLÜCK AUF! WIR SIND DIE BERGWERKSLEUTE.
         WIR FAHREN HINAB UND HINAUF UND BRINGEN REICHE BEUTE.
         DIE KOHLE WIRD ZU LICHT, ZU WÄRME UND BENZIN.
             WENN UNS DIE ARBEIT FREI GEMACHT,
         WERDEN WIR NACH HAUSE ZIEHN !
             WENN UNS DIE ARBEIT FREI GEMACHT,
         WERDEN WIR NACH HAUSE ZIEHN !              *
      
ET SUR CE: WENN UNS DIE ARBEIT FREIGEMACHT, WERDEN WIR NACH HAUSE ZIEHN !
(QUAND LE TRAVAIL NOUS AURA RENDUS LIBRES, NOUS RETOURNERONS À LA MAISON! ») CHANTÉ À L’ENTRÉE DU CAMP, HARASSÉS PAR LE TRAVAIL, IL NOUS FALLAIT REGARDER LES FACES ROUGEAUDES ET RIGOLARDES DES S.S., QUI NOUS COMPTAIENT ET RECOMPTAIENT …
   ET LE 17 JANVIER 1945, À LA VEILLE DE L’EVACUATION, SUR ORDRE DES SS, DE TOUS LES CAMPS DE HAUTES SILÉSIE, NOUS NOUS SÉPARÂMES, TOI ME CONSEILLANT DE RESTER, MAIS MOI PARTANT ET SUBISSANT LES MARCHES ET LES TRAINS DE LA MORT.
    A BRUXELLES TU M’OFFRIS LA MONTRE PROMISE SI ON SURVIVRAIT.
J’AI REPRIS MES ÉTUDES SCIENTIQUES INTERROMPUES PAR LE NUMERUS CLAUSUS, TU AS SAUVÉ, PERPÉTUÉ ET APPROFONDI LA MÉMOIRE DES CAMPS ET DE TOUS LES GÉNOCIDES, GRÂCE  À TON INFATIGABLE ACTION ET TES CAHIERS TRIMESTRIELS DE RENOMMÉE MONDIALE, MOI, DE MON CÔTÉ
J’AI CONTINUÉ DE TÉMOIGNER PUBLIQUEMENT DÈS MON RETOUR ET D’OBTENIR AVEC TON APPUI, ET MES CAMARADES DE J.E.A.A.(JUDÉO-ESÂGNOLS À AUSCHWITZ) UNE DALLE JUDÉO-ESPAGNOLE À AUSCHWITZ.  
   COMME TOI, JE LUTTE CONTRE CET AUTRE RACISME QU’EST l’ANTIGERMANISME BÉAT ET CONTRE CE MYTHE DE NOTRE SILENCE, ALORS QU’EN 1963, ENSEIGNANT L’ESPAGNOL À L’ECOLE NORMALE ISRAÉLITE ORIENTALE, SON DIRECTEUR, EMMANUEL LÉVINAS, OSA M’INTERDIRE DE PARLER D’AUSCHWITZ À MES ÉLÈVES, CE QUE, INDIGNÉ, BIEN SÛR, JE REFUSAI.
OUI,CHER PAUL, TU N’AURAS PAS LUTTÉ EN VAIN ! 
TU ES ET RESTERAS POUR TOUJOURS CET AMI QUE  NOUS PLEURONS AUJOURD’HUI .

HAÏM – VIDAL SEPHIHA , Professeur émérite (Sorbonne Nouvelle)

 

Categories: Auteurs
Tags: , ,
17Avr

Comments are closed.