La Synagogue sépharade d'Anvers Beth Moshé

Les origines d'une communauté séfarade à Anvers datent de la Renaissance.

L'Espagne occupait alors la Belgique et les Pays Bas. Mais, si l'actuelle Hollande jouissait d'un semblant de liberté (l'Inquisition ne s'y installa pas), il n'en fut pas de même pour la Belgique.

Certains marranes, fuyant l'Espagne et le Portugal, se réfugièrent dans les provinces du Nord. Ils purent, dans les Pays Bas, revenir à leur foi d'origine. Ils n'en fut pas de même à Anvers. Les conversos, revenus à la foi de leurs ancêtres, risquaient gros en venant à Anvers, bien que les autorités hollandaises prissent sous leur protection ceux qui voulaient commercer avec elle (nous connaissons le cas de Capitaine de Barios : Lévy en Hollande, de Barios à Anvers).

Il existait même une église, lieu de rendez-vous des maranes

Parmi les marranes célèbres, citons Dona Gracia Nasi (La Señora), de son neveu, Joseph Mendes (qui devint duc de Naxos et fonda la première colonie sioniste; Tibériade).

Située en plein centre du quartier diamantaire, la Communauté du rite portugais, a été fondée 1908 par des juifs originaires de Turquie qui se réunissaient dans les locaux du Club Ottoman. La Synagogue fut construite en 1910 et coûta FB 45000 ! (il n'y a pas d'erreur de frappe).

Cette synagogue, fortement endommagée par l'attentat à la bombe de la fin des années 70, fut reconstruite grâce à la générosité de la communauté diamantaire, toutes origines confondues.

M.R.

Retour au sommaire


- Copyright © 1999: Moïse Rahmani -