LES JUIFS JUDEO-ESPAGNOLS MANQUENT A L'APPEL A AUSCHWITZ

Dr. Selma Israël

Pour ceux qui auraient voulu les voir rattrapés par la Shoah*, les juifs judéo-espagnols brillent singulièrement par leur absence sur le site concentrationnaire d'Auschwitz.

Le 22 mars dernier, après avoir vainement cherché la dalle qui aurait dû en symboliser le martyr, ce constat, devant le mémorial d'Auschwitz-Birkenau, pondérait d'une mélancolie éberluée l'intensité de mon recueillement.

Point d'orgue de mon premier contact avec ce lieu sinistre, au terme d'une journée de déambulation que mon père, ancien déporté, balisait de ses souvenirs émus, cette absence venait paradoxalement donner corps à ces martyrs doublement fantômes.

Une absence virtuelle illustrant à propos leur statut accidentel dans le jeu de forces qui prévalut dans ce scénario morbide. Traditionalistes ingénus, animés d'une foi inconditionnelle conservée ? pour les survivants ? intacte en dépit de l'épreuve, loin des préoccupations de la haskala et peu concernés par les compromis d'une citoyenneté factice, nos sépharades n'ont-ils pas malgré eux fait les frais du règlement d'un contentieux qui leur était étranger ? Etre ET ne pas être à Auschwitz : une scotomisation en règle !

Etre ET ne pas être à Auschwitz : un destin qui nous interpelle, sans préjuger du bien-fondé de leur participation à ce martyr collectif.

Etre ET ne pas être à Auschwitz : une lacune à cerner dans le marbre en judéo-espagnol.

Par devoir de mémoire pour tous les disparus. Par respect pour les survivants et pour leurs enfants.

* Les Juifs de Rhodes rattrapés par la Shoah, J. Kotek, Los Muestros, Août/Septembre 1999, Tishri 5759, n° 36 : 28-29.

Retour au sommaire


- Copyright © 2000: Moïse Rahmani -