A propos de l'article de Charles Gomes Casseres «A BRIEF HISTORY OF THE SEPHARDIM OF CURAÇAO.»

Georges Jessula

Cet excellent article m'a fait souvenir d'une visite à Curaçao. Le vieux quartier, avec ses canaux, ses maisons à pignon crénelé, son pont levis tel que Van Gog l'a peint, fait penser de façon saisissante à la Hollande.

La synagogue est parfaitement entretenue. Le sol en est recouvert de sable, en souvenir, m'a t-on dit de nos ancêtres qui ayant quitté l'Egypte, avaient vécu dans le désert avant d'entrer en Terre Promise.

Des souvenirs de l'ancienne vie judaïque à Curaçao ont été groupés dans une sorte de patio, on y a abrité les plus belles pierres tombales, gravées souvent en hébreu, et portant parfois des armoiries.

L'activité, de loin la plus importante de l'île est concentrée dans la raffinerie de la SHELL Cie, qui a occupé un espace considérable ; on ne voit que tuyaux et réservoirs, mais il est, dans cette gigantesque usine, une enclave qui n'a pas été absorbée, c'est le cimetière juif. On peut y accéder au prix d'un long détour, il est entouré d'un mur blanc, sa petite surface comporte sous le soleil des tropiques un unique arbre et des tombes très simples. Bien loin du baroque de Prague on peut y méditer sur la vanité chanté par le prophète.

Retour au sommaire


- Copyright © 2001: Moïse Rahmani -