LE JUDÉO-ESPAGNOL
PERMANENCE DE LA LANGUE ESPAGNOLE DANS LES COMMUNAUTÉS SÉFARADES APRÈS L'EXIL

Le Ladino (Judéo-Espagnol Calque) ne se parle pas

J'y consacrera deux articles : 1) INTRODUCTION
                                                2) Origine et sens du mot ladino

INTRODUCTION


Sources - Hispanophonie des Juifs espagnols

Chacun sait qu'en 1492 les Juifs refusant de se convertir au catholicisme furent expulsés d'Espagne. Ils se répandirent dans le bassin méditerranéen et conservèrent leur langue dans les communautés d'accueil où ils furent majoritaires. Tel fut le cas des territoires de l'ex-Empire Ottoman alors en formation; ainsi que de ceux du  Maroc septentrional et plus tard, d'Oranie, terre d'accueil vers 1850 des Judéo-Espagnols du Maroc.   
La langue emportée par ces Juifs espagnols était - à très peu de termes près -  commune aux tenants des trois religions: Musulmans, Chrétiens et Juifs. Y domina surtout le castillan, alors langue de cour qu'Isabelle de Castille, imposait à son aragonais de mari, Ferdinand 13b
Cette langue, il va de soi , possédait tous les traits de l'époque , ce qui me permet de dire à mes étudiants de philologie espagnole que je suis un musée vivant de la langue espagnole du XVème siècle (argument pédagogique qu'il faut ensuite nuancer). D'où, l'absence de jota, ce son rude de l'espagnol moderne, ainsi que le maintien des sons J (de Jean)  et Ch  (de cheval)  auxquels, en Espagne, il se substitua vers la fin du XVIIème siècle; maintien aussi du  son Z dans meza,'table', kaza, 'maison', etc., à côté de mesa et casa avec S dur en espagnol aujourd'hui. 
Il faut noter ici que la graphie française de Don Quichotte, correspond précisément, à la prononciation de l'époque, car si on avait prononcé alors Don Quijote  avec la jota, on entendrait aujourd'hui sur nos ondes, *Don Quirote, comme on entend Mireille Gorbatchev, au lieu de Mikhail G., ou Rosé pour José. 
Nous l' avons vu, la jota s'est substituée aux sons J et CH. de l'espagnol ancien, vers la fin du XVIIème siècle, bien après l'expulsion des Juifs. Ainsi,  ijo, 'fils' au lieu de ikho (hijo, aujourd'hui), kacha ,'boîte, caisse' au lieu de kakha (caja, aujourd'hui).

Vers 162O


Formation du judéo-espagnol vernaculaire ou DJUDEZMO

C'est cette langue que nos Juifs espagnols ont conservée de part et d'autre du bassin méditerranéen, langue qui après force emprunts au turc et aux langues du Moyen-Orient donnera naissance, vers 162O ,au judéo-espagnol vernaculaire ou djudezmo ( judyo, djidyo, espanyoliko ou el espanyol muestro ) , alors qu'au Maroc après force emprunts à l'arabe, elle engendrera un judéo-espagnol vernaculaire dénommé haketiya. 2, laquelle, vers 1850, lors des migrations des Juifs de Tétouan vers l'Oranie, prendra le nom de tetauni, du nom de ce qui leur semblait être une nouvelle Jérusalem perdue.    Telles sont les variétés du judéo-espagnol vernaculaire parlé et écrit à la fois, enfant des parlers d'Espagne communs aux trois religions., parlers qui se différencieront aussi selon les régions de la judéo-hispania.et deviendront leur identificateur ethnique 13.b.

En Espagne déjà, avant 1492, existait le LADINO
(judéo-espagnol calque), langue pédagogique et liturgique (non parlée)

A côté de ces derniers existait en Espagne déjà une langue non parlée qui résultait de la traduction mot à mot (faite par nos rabbins au Talmud Tora) à l'usage des enfants, qui apprenaient l'hébreu. Ce qui donnait une langue qui se voulait le miroir fidèle de l'hébreu à travers l'espagnol, en quelque sorte de l'HEBREU HABILLE D'ESPAGNOL et qu'on appela le plus souvent LADINO ,dans ma terminologie,  JUDEO-ESPAGNOL CALQUE  qu'il ne faut pas confondre avec le JUDEO-ESPAGNOL VERNACULAIRE ou djudezmo , par antonomase ou  convention.

suite ...

RETOUR AU SOMMAIRE