Accueil - sefarad.org
 
Micheline Weinstock

L'Affaire Eszter Solymosi

    MENU    

SEFARAD.org
Bienvenue chez Micheline Weinstock
AIDEZ-nous
Page PRECEDENTE

Gyula Krùdy, L'Affaire Eszter Solymosi, Albin Michel
 
 L'affaire Eszter Solymosi - Gyula Krudy (Auteur) Albin Michel (diteur)Un grand classique de la littérature hongroise.
 
Inspiré par un épisode réel - celui d’une accusation de "crime rituel" -, l'auteur s'est longuement documenté afin de reconstituer cette "affaire" qui a connu à l’époque un retentissement comparable à celui de l'affaire Dreyfus en France.
 
Krùdy est né en 1878 et est décédé en 1933, fort admiré par Sandor Maraï et surtout par Imre Kertesz, pourtant généralement peu enclin à apprécier la culture hongroise.
 
L'auteur a connu cette affaire comme enfant : il était âge de cinq ans en 1882 lorsqu'une toute jeune bonne de quatorze ans disparaissait après avoir acheté de la peinture pour sa patronne. Dans un premier temps celle-ci l'accuse d'avoir volé l'argent des courses pour préparer une fugue. Mais, rapidement, la rumeur se répand : des Juifs l'ont égorgée dans la synagogue afin de préparer les matzoth de Pessah.
 
Cette rumeur se voit confirmée par le témoignage d'un jeune juif, Moric Scharf qui raconte par le menu, avec force détails, ce qu'il a aperçu par le trou de la serrure, c’est-à-dire l'égorgement de la jeune fille couchée sur le sol de la synagogue.
 
Treize Juifs sont arrêtés, dont le père du jeune Scharf.
 
Krudy décrit l'antisémitisme profond de cette campagne hongroise ainsi que les répercussions internationales liées à cette disparition. D'une part, le Baron Hirsch s'engage à remettre 5.000 florins à ceux qui retrouveront le corps de la jeune Eszter; d'autre part, ce drame attise la haine du Juif et de l'étranger.
 
La situation s'avère complexe. Afin de se disculper, la communauté juive revêt le cadavre intact d'une jeune femme juive des effets de la jeune domestique. On verra donc qu'il n'y a pas de trace d'égorgement. Chacun y va de ses maladresses.
 
Un an plus tard, lors du procès, le témoignage du jeune Moric ne semble plus aussi crédible : un témoignage inculqué, appris par cœur relaté avec un vocabulaire qui n'est visiblement pas le sien.
 
Le procès forme le corps du roman. Au cours des débats émergent les enjeux divers et insoupçonnés. Par exemple : Moric, qui a visiblement des comptes à régler avec son père et sa belle-mère, semble se trouver sous l'influence d'un notable qui souhaite le convertir.
 
Il y a aussi ceux qui s'investissent dans l’affaire avec une énergie rare, afin de faire éclater la vérité.
 
Les reconstitutions mettent en lumière la faiblesse d’une accusation boiteuse. Moric reviendra sur sa déposition. Tous les accusés seront libérés. Le corps de la jeune domestique sera retrouvé, en mauvais état, après un an. Les médecins constateront cependant qu'il n'y a pas de traces d'égorgement, mais bien de sévices sexuels.
 
Ainsi, la communauté juive est blanchie, mais demeure profondément meurtrie.
 
L'auteur a remarquablement rendu cet épisode tragique. De nombreuses notes en bas de page nous apportent des références précises, tout en illustrant les enjeux politiques complexes au sein de l'empire d’Autriche-Hongrie ainsi que la contamination des esprits lorsque les rumeurs et l'irrationnel satisfont les esprits simples.
 
Magnifique roman !
 
 
Micheline Weinstock
 
L'Affaire Eszter Solymosi,
Gyula Krùdy - Albin Michel
656 pages -24 euros - Isbn 9782226248268

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2016

CONTACT

Retour au site sefarad.org -