Accueil - sefarad.org
 
Micheline Weinstock

Michaël de Saint-Chéron, Les écrivains français face à l’antisémitisme. De Bloy à Semprun, Salvator

    MENU    

SEFARAD.org
Bienvenue chez Micheline Weinstock
AIDEZ-nous
Page PRECEDENTE

Michaël de Saint-Chéron, Les écrivains français face à l’antisémitisme.
De Bloy à Semprun
, Salvator

 

La citation du Pasteur Charles Westphal figurant en tête de cet ouvrage en donne le ton :

 «  La question juive est la question des questions ; à la manière dont ils parlent des Juifs on peut juger sûrement de la valeur spirituelle d’un homme, d’une Eglise, d’un peuple, d’une civilisation ». 

Ouvrage rédigé en hommage à tous ceux froidement assassinés en janvier dernier. Hommage aussi et surtout à ceux qui, par leur plume et leurs écrits, se sont battus pour la dignité humaine et la dignité juive. L’auteur fait bien évidemment référence à l’affaire Dreyfus, période intense de production littéraire et graphique et qui avait fleurir un genre nouveau, la caricature (petite parenthèse : ces caricatures publiées sous forme de cartes postales valent aujourd’hui des fortunes).

Sensible à la réaction de son environnement, Michaël de Saint-Chéron anticipe la réaction de son public : « Quoi ? Encore un livre sur les Juifs ! ». Non, argumente-t-il, il s’agit d’un ouvrage en honneur des lettres françaises, celles qui élèvent l’humain, celles qui s’élèvent contre l’antisémitisme et la débusquent.

On a célébré en 2014 le centième anniversaire de la disparition de Charles Péguy et  l’entrée d’Alain Finkielkraut à l’Académie Française. Mais il s’agit en même temps d’une  année noire car elle marque un pic, celle de la montée de l’antisémitisme.    

Bloy et Péguy, le premier mort en 1917, le second fauché par une balle allemande en 1914. Deux auteurs chrétiens, Bloy complexe, défendant des thèses antijuives tout en pourfendant l’antisémitisme. Péguy, proche de l’Action Française, grand défenseur de Dreyfus, remis à l’honneur par Alain Finkielkraut dans son essai Le Mécontemporain, mais considéré comme une graine de fasciste par Todorov.

Céline, un des auteurs les plus et les plus traduits dans le monde, est analysé dans toute sa complexité. Il y a du Voltaire chez Céline, nous dit de Saint-Chéron. Un esprit sarcastique qui défend des causes justes pour mieux traîner dans la boue une partie de l’humanité sur laquelle il vomit tout son venin.

Et Claudel, tout aussi complexe, prônant la conversion de tous les Juifs, une pensée en évolution qui finit par considérer que les Juifs tenaient l’humanité en otage.

Marguerite Yourcenar, dont les phrases m’ont souvent fait sursauter, trop intelligente selon de Saint-Chéron pour s’abaisser à un antisémitisme primaire, mais totalement décontenancée par une sensibilité juive…

L’auteur décortique et analyse ces poètes et écrivains, les replace dans leurs contextes de vie et politico-historique, afin de nous permettre de les intégrer dans une vision plus large.

Micheline Weinstock

 

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2017

CONTACT

Retour au site sefarad.org -