BLOG - sefarad.org

Parachat Houkat, chabbat 30 Sivane 5774, samedi 28 juin 2014

MENU

SEFARAD.org
LOS MUESTROS

Annonces
Nos Peines
Nos Joies

בס''ד

La loi édictée à Moché Rabbenou au Sinaï

Dans le midrach Tanhouma Rabbi Aha dit au nom de Rabbi Yossi fils de Hanina : ‘’lorsque Moché Rabbenou est monté au ciel , il a entendu la voix de l’Eternel énonçant cet enseignement au nom de Rabbi Eliezer : ‘’un veau âgé de un an et une vache âgée de deux ans , sont aptes à servir de vache rousse …..’’  .

Moché Rabbenou interloqué , s’écria : ‘’Maître du monde , que par ta volonté ce maître soit un de mes descendants. ‘’

 ‘’ Sur ta vie’’ lui dit l’Eternel , ‘’il est précisément un de tes descendants ‘’. Comme insinué dans le texte de la Thora ‘’et le nom de UN Eliezer’’.  Ce UN fait allusion  à Rabbi Eliezer, un des maîtres du Talmud. Cet être mortel désigné par UN est qualifié ainsi de par son adhésion à l’unité divine. Communément dans la perception humaine de l’unité  et de l’intégrité, se mêlent des sentiments contradictoires ; et souvent des humeurs et des comportements différents , voire même hypocrites. Par contre, l’Eternel est perçu comme l’unité et l’intégrité absolues. Ses divers attributs sont en complète harmonie et contribuent à son unité. Et si l’Eternel cite un enseignement au nom de Rabbi Eliezer, c’est qu’il reconnaît à celui-ci le mérite de sa profonde perception du D… UN. 

Et cependant ce  Rabbi Eliezer , confronté à ses contemporains dans l’étude, fut mi à l’écart. Cet épisode répandu est rapporté dans le Talmud à propos d’un modèle de four surnommé le four de Hakhinaï (serpent) ( Baba metsiya 59 b.)

Ce four était construit en anneaux d’argile superposés tel un serpent , et réunis  entre eux par du sable.

Rabbi Eliezer soutient que si toute chose impure est introduite dans  le four, celui-ci  n’est pas contaminé, il reste pur. Et les sages décrètent le contraire.

Persuadé de la justesse de son opinion, Rabbi Eliezer tente de les convaincre, mais rien n’y fait. Il essaie alors de les contraindre à reconnaître son avis en produisant des faits miraculeux ; et leur dit : ‘’ si ce caroubier  se déracine  sous vos yeux  et tombe au loin, , cela prouverait que j’ai raison. Et ainsi fut-il. Les sages lui disent : le phénomène qui s’est produit là est tout à ton honneur pour ta grandeur en Thora. Mais il n’est pas un fait probant pour le sujet qui nous occupe.  Rabbi Eliezer leur dit : ce cours d’eau apportera le preuve. Son cours sera inversé pour vous convaincre. Il en fut ainsi et les sages lui dirent : ce n’est pas un tel prodige qui est déterminant.  Rabbi Eliezer leur dit alors : les murs de cette maison d’étude vous décideront à reconnaître la justesse de mes paroles. Et les murs menaçaient de tomber. Et c’est grâce à l’intervention de Rabbi Yehochoua que les murs ne se sont pas écroulés, mais restèrent néanmoins penchés en l’honneur de Rabbi Eliezer. Enfin, Rabbi Eliezer dit aux sages : si la loi est à décréter en ma faveur, du ciel va venir la réponse. L’écho d’une voix céleste retentit: ‘’qu’avez-vous à contrecarrer Rabbi Eliezer, la loi est de son côté’’. Rabbi Yehochoua se dresse: ‘’elle n’est pas aux cieux, la Thora’’, et par conséquent, l’écho de cette voix n’est pas probant. , parce que dit Rabbi Yermiya, la Thora a été donnée au mont Sinaï .’’

Et plus tard, rapporte le Talmud,  Rabbi Nathan interroge le prophète Elie : ‘’Et qu’a-il-fait D…  en ce moment là en assistant à cette controverse?  D …   sourit et dit : ils m’ont vaincu ms enfants’’.

En définitive, Rabbi Eliezer est exclus , et  ses décrets de loi sont rejetés. Rabbi Eliezer souffre de cette mise au ban.

Cet épisode ne manque pas de mettre en relief  la haute stature de Rabbi Eliezer. Et pourtant un homme  d’une si haute envergure est mis à l’écart . Pourquoi cela ?

Rappelons à cet effet les lois relatives à l’impureté.

Il est établi que tout contact avec une source entachée d’impureté contamine par le toucher ou l’air ambiant.  Cependant si l’objet est légèrement brisé, ou fêlé , ou encore composé de différentes parties, il n’est pas réceptif de l’impureté. Il ne peut contracter l’impureté que s’il est entier. Et dès lors, ceci appliqué au four de Hakhinaï, fait l’objet de la controverse entre rabbi Eliezer et les sages.  

Rabbi Eliezer considère ce four d’un point de vue  céleste . Vu sous cet angle, ce four n’étant pas d’un seul tenant , n’est pas récepteur de l’impureté . Une impureté placée dans son air ne le rend pas impur. Les sages jugent ce four dans une perspective terrestre , réaliste. ; et le considèrent comme  entier.  

Dans l’esprit de nos sages, les êtres humains  mènent  leur  vie dans un monde délimité par des frontières matérielles, physiques, selon des normes terrestres et non célestes et  divines.

Il est vrai que nous devons rechercher ce que chaque élément renferme de  spirituel et de divin . Mais nous devons nous référer à la loi qui régit notre vie, en tenant compte des normes dans les   limites physiques et objectives , du monde qui nous environne.

Les lois établies  sur base des normes divines élevées , tel que le propose Rabbi Eliezer,  ne conviennent pas aux êtres mortels auxquels elles sont destinées. Les lois sont faites pour des hommes et non pour des anges

Et si  Rabbi Eliezer a pu produire des faits miraculeux et qu’il a reçu le soutien de l’Eternel, c’est parce qu’il avait raison dans l’absolu,  dans une démarche selon les normes de la justice divine. Mais ici-bas, c’est la justice humaine qui prévaut. C’est pour cette raison d’ailleurs, qu’il est stipulé que la Thora n’est pas déposée au  ciel, mais entre les mains des hommes.  Mais alors, pourquoi l’écho de cette voix céleste vient soutenir  Rabbi Eliezer ?

C’est en vérité une épreuve à laquelle sont soumis nos sages pour qu’ils résistent et restent fidèles aux principes de loi, à la portée des mortels que nous sommes.

 

Haftara Isaïe 66

 

Le Grand Rabbin Chalom Benizri

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2018

Retour au Site sefarad.org