BLOG - sefarad.org

Les cohanim et les leviim

MENU

SEFARAD.org
LOS MUESTROS

Annonces
Nos Peines
Nos Joies

Les cohanim et les leviim

 

La procédure de la consécration des lévites est un des sujets traités dès l’ouverture du livre de Bemidbar (les nombres): ‘’L’Eternel parla à Moïse en ces termes : Fais approcher la tribu de Levi et mets –la en présence d’Aharon le pontife, pour qu’ils le servent. Et qu’ils remplissent sa tâche et celle de toute la communauté ,,devant la tente d’assignation , en faisant le service du tabernacle. Ils auront la garde de tous les ustensiles de la tente d’assignation et rempliront la fonction des enfants d’Israël en assurant le service du tabernacle. Tu adjoindras donc les lévites à Aharon et à bses fils : ils lui seront donnés entre les enfants d’Israël’’(Nbres III – 5 à 9).

 

La consécration des lévites passe par les premiers-nés investis d’une sainteté depuis les temps de la sortie d’Egypte. Comme en témoigne le texte :’’J’ai pris les lévites du milieu des fils d’Israël à la place de tous premiers-nés qui font la matrice d’entre les fils d’Israël, pour que les lévites soient à moi. Car tout premier-né est à moi : au jour où j’ai frappés tous premiers-nés au pays d’Egypte ; j’ai consacré à moi-même tout premier-né en Israël, depuis l’homme jusqu’au bétail, ils sont à moi’’. Désormais les Levi se substitueront aux premiers-nés.

 

Au chapitre VIII est relaté le déroulement du cérémonial de façon concrète.  Comme le précise la Thora : ‘’Ainsi leur feras-tu pour les purifier : asperge les des eaux d’expiation, puis ils feront passer le rasoir sur tout leur corps. Ils laveront leurs habits et se purifieront’’ (v. 7 – 8). ‘’Alors ils prendront un taurillon tout jeune et son oblation de fleur de farine trempée dans l’huile, tandis que tu prendras un second taurillon tout jeune pour l’expiatoire ; puis tu feras approcher les lévites devant la tente du rendez-vous et tu rassembleras toute la communauté des fils d’Israël ….. Et les fils d’Israël appuieront leurs mains sur la tête des taurillons. Sacrifie alors l’un en expiatoire et l’autre en holocauste pour obtenir le pardon sur les lévites. Tu feras tenir debout les lévites devant Aharon et devant ses fils, tu les balanceras d’un balancement pour D…’’.

 

Et de nouveau dans la suite du texte de la Thora il est dit :’’Et j’ai pris les lévites à la place de tous premiers-nés parmi les fils d’Israël pour faire le service des fils d’Israël dans la tente du rendez-vous et pour faire propitiation sur les fils d’Israël’’.

 

Ainsi donc initialement seuls les cohanim , les prêtres, étaient consacrés, ainsi que les premiers-nés. C’est uniquement lors de la deuxième année de la sortie d’Egypte, que le changement est intervenu, à savoir que les lévites occupent désormais la place des premiers-nés, et se joignent aux prêtres, cohanim, dans le service sacerdotal du Temple. Alors que d’autres passages de la Thora font ressortir à priori une tout autre motivation de leur élection. Immédiatement après la faute du veau d’or : Moché Rabbenou dit aux membres de la tribu des Levi :’’ Recevez investiture aujourd’hui de par l’Eternel, car chacun fut contre son fils et contre son frère pour qu’il lui donne aujourd’hui bénédiction’’ (Ex. XXXII – 29).

 

Et Rachi dans son commentaire , traduit ainsi cette expression du texte : ‘’Recevez investiture aujourd’hui ‘’ - c’est par cela que vous entrerez en fonction en tant que cohanim de l’Eternel’’,. Cette même expression est employée ailleurs (chapitre XXVIII – 41), pour marquer l’investiture d’une personne à une fonction qu’il occupe désormais. Ce qui est explicite encore davantage dans le livre du deutéronome, après la description détaillée de la faute du veau d’or ( chapitre X verset 1) :’’En ce temps là l’Eternel m’a dit : sculpte toi deux tables de pierre comme les premières et monte vers moi vers la montagne ….. ‘’ et par la suite le texte dit : ‘’En ce temps là l’Eternel a séparé la tribu de Levi pour porter l’arche de l’alliance de D…, pour se tenir devant D… pour le servir et pour bénir par son nom jusqu’à ce jour’’ (verset 8).

 

Les termes ‘’ba eth ahi’’ – ‘’en ce temps là’’ désignent selon Rachi la première année de la sortie d’Egypte, où il est dit.  ‘’Vous y avez commis la faute du veau d’or contrairement aux descendants de Levi qui eux ne se sont pas égarés.  

 

L’Eternel les a séparés de vous’’. Ainsi donc ce verset atteste que les descendants de Levi n’ont pas participé à la faute du veau d’or, mais qu’ils sont restés fermes dans leur fidélité à la foi. Et par voie de conséquence, les leviim auraient été distingués la première année déjà, dès après la faute du veau d’or. Et davantage encore, la tribu de Levi fut entièrement choisie en tant que cohanim pour accomplir leur service, sans que cela ait un rapport quelconque aux premiers-nés d’Israël.

Cette étude nous permet de conclure que le choix porté sur l’élection des lévites a une double motivation. D’un côté les Levi sont élus comme une tribu consacrée en lieu et place des premiers-nés immédiatement après la faute du veau d’or, du fait de leur fidélité au culte de l’Eternel. Cependant cette élection leur revient également de par leur prédilection, telle une valeur intrinsèque détachée de la faute du veau d’or. Vu sous cet angle, les prêtres, les cohanim, furent choisis en premier ; et par la suite les Levi.  La Thora nous décrit séparément le cheminement de cette élection des leviim, pour bien mettre en exergue que chaque Levi a un mérite effectif de par sa conduite lors de la faute du veau d’or, et un mérite de prédilection par la force de laquelle il serait parvenu au statut qu’il occupe, abstraction faite du veau d’or.

Mais comment s’effectue le partage des rôles entres les familles des lévites ? A maintes reprises l’âge fixé pour l’attribution des responsabilités est énoncé ainsi: ‘’Depuis l’âge de trente ans et au-delà jusqu’à l’âge de cinquante ans, tous ceux qui entrent en fonction dans la milice pour faire du travail dans la tente du rendez-vous’’ (Nbres IV – 3).

 

Mais dans un chapitre ultérieur, la Thora donne une autre indication ‘’Depuis l’âge de vingt-cinq ans et au-dessus, viendra pour servir dans l’armée au service de la tente d’assignation , et depuis l’âge de cinquante ans il reviendra de l’armée du service et il ne servira plus’’ (Nbres VIII – 24). Comment concilier ces enseignements contradictoires quant à l’âge d’entrée en fonction ? Les commentateurs donnent différentes explications pour harmoniser ces données.

 

Rachi dans son commentaire explique que dès l’âge de vingt-cinq ans, les lévites préposés au service sacerdotal viennent apprendre les règles applicables à ce service.  Ces études durent cinq ans ; après quoi, ils prennent leur service. D’où conclut le Talmud, l’on apprend que l’élève qui ne voit pas de signe de réussite après cinq années d’étude, n’en verra jamais plus. Au premier abord, il est difficile d’admettre cette explication. En effet, le texte ne fait pas mention de ces années d’étude relatives au service sacerdotal.

 

Il semble que l’explication de Nahmanide serait plus appropriée. En effet Nahmanide distingue entre l’âge où le service sacerdotal est facultatif et celui de trente ans et au-delà comme étant un service obligatoire.  En somme l’enseignement de la Thora s’énonce ainsi :

1) Les nominés par Moché et Aharon étaient âgés de trente ans et au-delà ; et ceux-ci étaient en charge chacun, avec ses attributions et sa participation au transport.

2) Il est indiqué que tous les candidats ayant atteint l’âge de vingt-cinq sont aptes à effectuer le sacerdoce au Temple, et peuvent s’y engager s’ils le désirent pour soutenir les lévites dans leurs travaux.

 

De l’avis de Nahmanide l’âge de trente ans est celui du terme obligatoire d’assurer le sacerdoce, et celui de vingt-cinq ans indique qu’à cet âge là le Levi est autorisé à œuvrer dans le Temple. Et donc, ce qui semblerait être une répétition se révèle être en vérité une instruction importante, à savoir qu’à l’âge de trente ans le Levi est soumis à l’obligation du respect de la loi, mais dès l’âge de vingt-cinq ans, il lui est permis de prendre le service volontairement en tant que bénévole.

 

Ces différentes indications sont révélatrices d’un souci du bien-être de la personne dès l’âge où il est à même de déployer une grande énergie et d’accomplir sa tâche dans les meilleures conditions physiques et mentales. Et quand vient le moment où l’on ne dispose plus de ses forces actives il faut passer le relais à la génération montante.

 

Le Grand Rabbin Chalom Benizri

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2016

Retour au Site sefarad.org